A l’époque où les systèmes collaboratifs ont le vent en poupe, le co-navigation (tout comme le covoiturage) a atteint le monde nautique. Mais attention, il est très réglementé pour ne pas porter atteinte au métier de skipper professionnel.

Comment cela fonctionne-t-il ?

La co-navigation, si critiquée par les professionnels du nautisme, reste un moyen convivial et chaleureux de partager les frais liés à la navigation. S’ils restent assez moindres sur un voilier, ils peuvent prendre une autre allure sur des bateaux à moteur, où les frais d’essence sont souvent conséquents.

Aujourd’hui de nombreuses plateformes proposent ce système en insistant bien sur le côté légal du concept.

co navigation

A qui s’adresse la co-navigation ?

La co-navigation s’adresse principalement à deux cibles :

  • Les propriétaires de bateaux qui souhaitent partager les frais liés à la navigation tout en passant de bons moments. Quel que soit le type de bateau que vous avez, la co-navigation est possible tant que les règles de sécurité sont respectées.
  • Les personnes souhaitant partir en mer et louer un bateau mais qui n’ont pas de permis bateau ou qui tout simplement ne veulent que profiter de la navigation. Souvent, les membres à bord sont quand même demandés pour les manœuvres importantes.

La réglementation française

Si jusqu’ici tout semble beau, ce n’est que l’apparence de la co-navigation. Ce terme a souvent été remis en cause et abusé par certains propriétaires de bateaux. En effet, une personne n’a pas le droit de gagner de l’argent en prenant des passagers dans son bateau. Il peut seulement partager les frais afin que ça ne devienne pas un revenu.

En effet, pour pouvoir avoir des revenus de façon légale, il faut être en possession d’un diplôme de skipper.

Concernant les assurances rien n’est clair puisque le concept est assez compliqué. Nous vous conseillons de référer à votre assurance l’usage de la co-navigation.